AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 POPPY ♦ l'argent ne fait pas le bonheur !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar


↔ Messages : 117
Feuilles : 2374

Contacts
Liens:

MessageSujet: POPPY ♦ l'argent ne fait pas le bonheur !   Jeu 21 Juin - 17:28


« Penelope Schoonmaker dite Poppy. »


FEAT. HOLLAND RODEN
NOM ♦️ schoonmaker ; PRENOM(s) ♦️ penelope dee-ann catherina ; AGE ♦️ 22 ans ; GROUPE ♦️ nous sommes des tournesols

PIRE DÉFAUT ♦️ colère et possessivité ; MEILLEURE QUALITÉ ♦️ générosité ; LA QUALITÉ QUE VOUS ESTIMEZ LE PLUS ? ♦️ tendresse ; LE DÉFAUT QUE VOUS NE SUPPORTEZ CHEZ PERSONNE ? ♦️ narcissisme ; DÉCRIVEZ-NOUS L'AMI IDÉAL ♦️ drôle, optimiste, attachant, méthodique, empathique, de bons conseils, toujours disponible ; DÉCRIVEZ-NOUS LE FIANCE IDÉAL ♦️ bah Trevor (voir histoire et/ou scénario) ;



Story


SHEFFIELD – 1997. Cette ville est connue pour être très boisée. C’est là que vit la famille Chamberlain. Le couple ne compte plus les compliments qui leur sont faits sur leurs enfants. En effet, Callahan et Penelope sont connus pour être exemplaires. Bien qu’ayant trois années de différence, ils sont très proches l’un de l’autre au point de susciter beaucoup de questionnement. « Call ! Poppy ! Il faut se mettre à table ! » Les deux enfants étaient tranquillement en train de jouer, perchés en haut d’un arbre de leur jardin dans leur cabane en bois. Ils jouaient rarement l’un sans l’autre à la maison. Bien que tous jeunes (7 ans pour Penelope et 10 ans pour Call), ils se conseillaient et partageaient beaucoup l’un avec l’autre. Etait-ce l’envie de continuer à jouer ou la distance qui les empêchait d’entendre leur mère ? Seuls eux le savent…

Ce n’est qu’au bout de quelques minutes qu’ils vinrent finalement s’installer à table calmement, comme si c’était normal. « C’est à cette heure-ci que vous venez ? Un peu plus et j’appelais la police pour fugue. » Les quatre membres de la famille se mirent à rire. « Nous n’avions pas vu l’heure, Papa. » Alors qu’il s’était servi préalablement, Call servit sa sœur sans lui demander ce qu’elle voulait. Il la connaissait tellement bien qu’ils n’avaient souvent pas besoin de se consulter pour ce genre de choses. « Tu es invitée à l’anniversaire de Marnie samedi prochain. » Tout en mangeant, Poppy releva la tête en direction de sa mère. « Tu aurais une idée pour le cadeau ? » « Non… Je ne veux pas y aller… » « Et pour quelle(s) raison(s) ? » « Elle n’a pas invité Callahan alors que c’est lui son copain. » Vous l’aurez compris, ils étaient tellement dépendants l’un de l’autre que les activités seul de leur côté étaient quasiment inexistantes. Cette proximité inquiétait énormément les parents qui voyaient en cela une menace. Les gens allaient se poser bien trop de questions si cela restait ainsi quand ils seraient plus grands.

SHEFFIELD – 2004. Madame Schoonmaker était inquiète au sujet de Poppy et Call. Les rumeurs allaient bon train, les gens allaient jusqu’à parler d’inceste. A présent âgée de 14 ans, Penelope savait parfaitement ce qu’elle faisait et il était clair que ce n’était pas ce que pensaient le voisinage. Certes, Callahan était indispensable à sa vie mais de là à avoir une relation avec son frère, il ne fallait pas abuser. C’était sans aucun doute leur jalousie et leur possessivité quand l’autre avait quelqu’un dans sa vie qui venait causer le trouble.

La mère attendait patiemment son époux dans le salon. Elle avait déjà largué la bombe à Poppy qui avait aussitôt fondu en larmes. Elle était inconsolable depuis plusieurs heures. Allongée dans son lit, Call était à ses côtés, tourmenté de voir sa sœur dans un tel état. Une fraction de seconde, elle ne pleura plus. Call saisit l’occasion pour la relever. Il la força à le regarder et la tint par les épaules en la secouant légèrement. « Bordel ! Tu vas me dire ce qu’il se passe tout de suite, Poppy ! Ca me rend dingue de te voir dans cet état. Qu’y a-t-il ? » Simultanément, le père rentra à la maison. En arrivant dans le salon, il aperçut sa femme, un air grave au visage. Il posa son attaché-case sur la table au coin du canapé et s’asseya à côté de son épouse. Il lui prit les mains et attendit qu’elle se décide à parler. « J’ai inscrit Poppy à un internat aux Etats-Unis. Elle ne peut plus rester si proche de Callahan. Ca va mal finir, c’est malsain… » L’homme sembla étonné tout comme profondément blessé. « Et tu as pris cette décision sans m’en parler au préalable ! Je pensais avoir un peu plus d’importance dans cette famille tout de même. Ne comprends-tu pas que c’est exactement ce que veulent les autres ? C’est en l’envoyant ailleurs que tu confirmes, d’une certaine façon, cette relation incestueuse qu’on leur prête ! » Au même moment, Callahan dévala les escaliers avec rage. « Comment as-tu pu faire une chose pareille ? Tu n’avais pas le droit de me faire ça ! Tu te rends compte que tu viens de me faire mal autant qu’à elle ! Je te préviens, Maman, dès qu’elle sera partie, je quitte la maison également. » Poppy était postée sur la dernière marche de l’escalier. Elle tenta de rattraper Call quand il remonta dans sa chambre mais elle n’y parvint pas. Il était bien trop furieux pour cela. Résignée, elle alla voir ses parents dans le salon. « Quand dois-je partir ? » « Tu as un vol prévu demain à Leeds-Bradford pour 15 heures 30. » En leur tournant le dos, elle répondit. « Bien, je serais prête. Par contre, ne vous attendez pas à me revoir non plus. Vous me chassez, j’ai bien compris la leçon et je ne reviendrais pas. » Ces mots résonnèrent dans la tête de Madame Callahan mais elle ne changea pas d’avis pour autant. Pendant six ans, elle tenta de renouer le contact avec Poppy mais elle ne lui répondit jamais.

PLYMOUTH – 2012.Après trois années d’études aux Etats-Unis, je suis partie en Amérique du Sud. Pour faire quoi ? Tout a commencé pour du bénévolat. Le service de repas, l’apport de médicaments et de matériel médical… Puis, deux ans plus tard, je me suis tournée vers une autre association. Celle-ci entrait en contact avec des producteurs de café afin de les convaincre de rejoindre l’association. Ainsi, en l’intégrant, le Fair Trade leur était garanti – c’est-à-dire qu’ils étaient certains de toucher une somme minimum à la vente de chaque paquet de café -. Cela leur évitait donc les revenus fluctuants qu’ils ont pu connaître par le passé et ils étaient sûrs de toucher davantage, leur permettant de vivre dans de meilleures conditions. C’est au cours de ces années à militer pour le Fair Trade que j’ai rencontré Trevor. Nous sommes très rapidement devenus amis, passant le plus clair de nos journées ensemble.

Un soir, alors que j’étais en train de pleurer dans le van qui nous servait à transporter des vivres, des médicaments, des vêtements, des couvertures et tant d’autres choses. Quelqu’un toqua à la vitre. Honteuse, je relevai la tête en me hâtant d’essuyer mes larmes. Je ne mis pas longtemps à reconnaître Trevor malgré mes yeux embrumés. Cet homme me troublait même s’il n’était pas la personne la plus courageuse que j’avais rencontrée. Il avait des convictions, il était généreux, attentif et à l’écoute. Je considérai qu’il s’agissait là d’un bon début mais était-ce judicieux de m’enticher d’un homme que je n’étais pas certaine de voir encore pour longtemps ? Je n’en savais strictement rien. Je remontai la vitre électrique comme si cela me permettrait de me cacher davantage. « Ecoute, je n’ai pas besoin que quelqu’un me voit pleurer. » « Ecoute, tu ne devrais pas te soucier que les gens te voient pleurer. Surtout toi ! » M’essuyant les yeux de nouveau, par crainte d’avoir oublié des larmes, je m’osais à lui répondre. « Pourquoi ? » « Parce que je pense que tu es belle même quand tu pleures… » Sa remarque me fit rire légèrement. Comme si on pouvait être beau en pleurant. N’importe quoi ! « Bon tu vas ouvrir cette voiture qu’on puisse discuter ? J’aimerais profiter de la climatisation, moi aussi si tu veux bien. » Je déverrouillai la voiture, il fit le tour et s’installa à côté de moi. « Que se passe-t-il pour que tu te mettes dans cet état ? » « Cela fait plusieurs années que je n’ai pas vu mon frère et j’ai appris aujourd’hui qu’il était mort en Irak. » Mes larmes redoublèrent alors qu’il écarta ses bras pour que je puisse m’y faire une place. Il est resté là, toute la nuit, à m’écouter lui raconter mes souvenirs avec mon frère en silence. Nous avons dormi là, réveillés par les rayons de soleil qui transperçaient les nuages au petit matin.

Une semaine plus tard, je le quittai en lui laissant ces quelques mots « Jamais quelqu’un n’a été aussi gentil avec moi. Tu as su m’écouter, me faire me sentir importante aux yeux de quelqu’un. Cependant, je dois partir. Sache que j’aurais aimé construire quelque chose avec toi… Je t’aimais. Poppy. » Aujourd’hui, je vis à Plymouth depuis plus de huit mois. Trevor me manque. Son sourire, sa gentillesse, sa maladresse, son humour idiot me manquent aussi. Tout ce qui fait ce qu’il est me manque terriblement. Sauf que je n’ai aucun moyen de le contacter.



Vous, derrière l'écran


PSEUDO ♦️ Choupi♥️ ; AGE ♦️ 19 ans ; PAYS ♦️ france ; AVATAR ♦️ holland roden CREDITS ♦️ texte ; LA PREMIERZ CHOSE A FAIRE, D'APRES TOI, POUR SAUVER L'ENVIRONNEMENT ♦️ prendre en compte son entourage et ne pas penser qu’à soi.


Code à remplir si vous n'êtes pas un scénario

Code:
 :shamrock: [i]HOLLAND RODEN[/i] → P. « Poppy » Schoonmaker


Dernière édition par P. "Poppy" Schoonmaker le Jeu 21 Juin - 19:30, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


↔ Messages : 87
Feuilles : 2349

Contacts
Liens:

MessageSujet: Re: POPPY ♦ l'argent ne fait pas le bonheur !   Jeu 21 Juin - 17:32

Poppy : que c'est mignooooon :tighthug:
Bienvenue mam'zelle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://songedunenuitdete.forumactif.com


avatar


↔ Messages : 7
Feuilles : 2340

MessageSujet: Re: POPPY ♦ l'argent ne fait pas le bonheur !   Jeu 21 Juin - 17:36

Shoonmaker ça me rappelle les livres d'Anna Godbersen :gosh:
Bienvenue *histoire que mon post soit utile*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


↔ Messages : 117
Feuilles : 2374

Contacts
Liens:

MessageSujet: Re: POPPY ♦ l'argent ne fait pas le bonheur !   Jeu 21 Juin - 17:44

Merci à vous deux ♥️
Jillian => J'ai pris le nom de là :heart: :eager:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


↔ Messages : 7
Feuilles : 2340

MessageSujet: Re: POPPY ♦ l'argent ne fait pas le bonheur !   Jeu 21 Juin - 17:45

Ils sont géniaux ces livres :eager: Tu deviens ma déesse ! :hooray:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


↔ Messages : 129
Feuilles : 2355

MessageSujet: Re: POPPY ♦ l'argent ne fait pas le bonheur !   Jeu 21 Juin - 17:48

Bienvenue à toi :heart:
Je ne connais ni ton avatar ni ce nom de famille mais ça a la classe en tout cas :cool:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


↔ Messages : 117
Feuilles : 2374

Contacts
Liens:

MessageSujet: Re: POPPY ♦ l'argent ne fait pas le bonheur !   Jeu 21 Juin - 18:31

Merci pour votre accueil :duck:
Je pense avoir terminé ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar


↔ Messages : 87
Feuilles : 2349

Contacts
Liens:

MessageSujet: Re: POPPY ♦ l'argent ne fait pas le bonheur !   Jeu 21 Juin - 18:39

Non d'un chien ! Ta mère est horrible ! T'es sûre que ton frangin est mort ? Je suis certaine que non ! :eager:
Bref, validée !!!! :heart:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://songedunenuitdete.forumactif.com
« Contenu sponsorisé »






MessageSujet: Re: POPPY ♦ l'argent ne fait pas le bonheur !   

Revenir en haut Aller en bas
 

POPPY ♦ l'argent ne fait pas le bonheur !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment faire rentrer l'argent dans les caisses de l'Etat
» CONTE JAPONAIS & TRADITIONS
» [Etude] Argent et bonheur
» j'ai fait un chapeau !
» L'Argent-Dette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SONGE D'UNE NUIT D’ÉTÉ :: RPG :: Once upon a time :: ↔ What we were together ::  Présentations validées-
« TRÈFLES À QUATRE FEUILLES. » « NOUS SOMMES DES TOURNESOLS. » « GAZON MAUDIT. »